logo pharmaSuisse mit Schriftzug
 

La pharmacie et les pharmacies en pleine mutation

 
 

La révision de la loi sur les professions médicales (LPMéd) et celle de la loi sur les produits thérapeutique (LPTh) permettront aux pharmaciens de mieux faire valoir leurs compétences. Des adaptations supplémentaires restent toutefois nécessaires pour offrir aux patients un encadrement optimal.

 
 
 

La nouvelle version de la LPMéd autorise les pharmaciens à remettre de manière autonome des médicaments soumis à ordonnance pour certaines indications. Cela évite les retards inutiles ou les interruptions de traitement lorsque le médecin traitant se trouve par exemple en vacances. De même, ce système permet de délester les cabinets médicaux et les urgences hospitalières. En parallèle, les pharmaciens sont également confrontés à d’autres nouvelles tâches.

Pour un nombre suffisant de places d’études et une rémunération équitable

Deux conditions doivent cependant être remplies afin que les pharmaciens puissent remplir leur rôle: les places d’études doivent être proposées en nombre suffisant et la rémunération des pharmaciens doit être adéquate. En négligeant la formation des pharmaciens, on s'expose à une pénurie, comme c’est d’ailleurs le cas chez les médecins de famille. Les conséquences pour la sécurité de l’approvisionnement seraient délétères. Par ailleurs, les prestations des pharmacies doivent être intégrées dans le catalogue des prestations de l’assurance de base. On ne saurait en effet accepter que les patients sollicitent le service des urgences ou le médecin pour des troubles légers de la santé parce que le traitement y est «gratuit» alors qu’ils doivent payer de leur poche la même prestation chez le pharmacien.

Une meilleure collaboration

La collaboration entre médecins, pharmaciens, infirmiers et tous les autres spécialistes de la santé occupera une place de plus en plus importante. Un traitement efficace peut uniquement être garanti à condition que la chaîne des soins fonctionne parfaitement. Les doublons, les oublis et les mauvaises décisions thérapeutiques retardent, renchérissent et altèrent la qualité du traitement. Parmi les mesures à même de renforcer la sécurité des patients figurent le recours accru aux instruments de la cybersanté (eHealth), la mise en place de prestations comme netCare et la participation aux cercles de qualité médecins-pharmaciens pour améliorer la qualité des prescriptions et la coopération entre les deux professions.

Freiner l'augmentation des coûts

Le triage en pharmacie et les nouvelles prestations des officines ne cessent de gagner en importance: en effet, vu la pénurie de médecins de famille et l'augmentation des coûts, un accès facile à un service de santé compétent et intégral apparaît de plus en plus comme une nécessité. L'infrastructure des officines et les compétences des pharmaciens doivent par conséquent être encore mieux exploitées à l’avenir.