logo pharmaSuisse mit Schriftzug
 
 
header_home_SYPG_0980
 

swissYPG

Retour vers l’aperçu
 

Prix Junior et congrès GSASA et de la Société Suisse de Médecine intensive (SSMI)

Cette année, Samuel Allemann, membre du comité du swissYPG a participé au jury du congrès conjoint de la GSASA et de la SSMI. Nous félicitons Céline Venturini qui a remporté le Prix Junior décerné par le swissYPG grâce au soutien de Sandoz Pharmaceuticals.

PrixJunior2017

Samuel Allemann (à droite) remets le PrixJunior à Céline Venturini (à gauche)

Céline Venturini a effectué l’étude « Harmonisation des doses de pipéracilline en néonatologie » dans le cadre de son travail de Master auprès de l’Université de Genève. Le résumé de ce travail se trouve en annexe. Nous lui avons posé quelques questions.

Quels aspects de ton travail de master t’ont particulièrement plus ?

Céline : Tout d’abord le sujet ainsi que l’ensemble du travail effectué m’ont vraiment intéressé. Ensuite le fait que ce travail et donc les résultats qui en découlent s’inscrivent dans la cadre d’un projet national a été une réelle source de motivation.
Enfin j’ai particulièrement apprécié de pouvoir mettre en application de façon concrète les connaissances acquises durant mes études.

Que peux-tu en retenir pour la suite de ta carrière ?

Céline : Grâce à ce travail j’ai pu de découvrir un domaine qui m’intéresse tout particulièrement. De plus cette expérience a représenté pour moi une approche concrète du domaine la recherche et cela représente une incitation à éventuellement poursuivre dans cette voie.

Quelles sont tes objectifs professionnels pour les 3 années à venir ?

Céline : Pour les 3 années à venir mon objectif premier est évidemment de réussir mon master à l’université de Genève et d’obtenir mon diplôme fédéral en septembre 2018.
Pour la suite je souhaiterais continuer dans une formation en pharmacie hospitalière ou clinique et effectuer le MAS en pharmacie hospitalière ou un FPH.

Nous avons également posé quelques questions à Samuel Allemann concernant son expérience au sein du jury. Les voici :

Recommandes-tu cette expérience aux jeunes pharmaciens et pour quelles raisons ?

Samuel: Oui, c’est une très bonne expérience, particulièrement lorsqu’on soumet personnellement régulièrement des travaux pour des congrès. En tant que reviewer, tu dois étudier les travaux des autres de manière intensive et te plonger dans de multiples thématiques. C’est très intéressant et cela peut aider à présenter ses propres travaux de manière plus compréhensive. Même si l’on n’a pas l’occasion de publier soi-même des travaux, car en tant que pharmacien, il faut constamment évaluer des informations issues de différentes sources. C’est pourquoi participer à un tel jury est un bon exercice pour tout pharmacien. Enfin c’est aussi l’occasion de rencontrer des collègues passionnants.

Tu as rejoint récemment l’organe administratif « Innovation & Internationales » de pharmaSuisse en tant qu’expert de l’adhérence et des études. Quelles sont les missions de ce nouvel organe et quelles synergies y vois-tu entre les soins ambulatoires et stationnaires ?"

Samuel: En tant qu’état-major (vérifier la traduction auprès de pS) nous testons et travaillons sur des concepts portant sur des produit et des prestations d’avenir de pharmaSuisse. Notre mission consiste à développer proactivement des solutions tournées vers le futur en lien avec la pratique pour la profession de pharmacien.ne et pour la santé.
Un des objectifs principaux est d’améliorer le suivi des patients atteints par des maladies chroniques. Pour y parvenir, les soins ambulatoires et stationnaires doivent davantage collaborer. La collaboration entre les différentes professions impliquées doit également être améliorée. L’augmentation des prestations de pharmacie clinique en milieux stationnaire est cruciale, elle permet de mieux comprendre les tâches et les compétences des autres professions impliquées à ce niveau. Cela est beaucoup plus difficile à réaliser dans le domaine ambulatoire. En milieu stationnaire, les pharmaciens cliniciens sont déjà impliqués et peuvent de ce fait informer leurs collègues de l’officine sur le suivi des maladies chroniques des patients (p.ex. rapport pharmaceutique de sortie d’hôpital). A l’inverse, les pharmaciens d’officine sont une source importante pour l’anamnèse médicamenteuse lors de l’admission à l’hôpital. L’initiative de chacun est nécessaire, car personne ne nous enlèvera cette tâche !

 
 

Auteurs

 

Laurie Bochatay / Angela Lisibach

VhdIWV1IEB4KWFYOUUZYGgtVCyoXT1FAGxoaFBpcQRRYSQAVUgpU

Liens

Abstract: «Harmonisation des doses de pipéracilline en néonatologie»
 

PROCHAIN CONGRES GSASA

 

15 au 16 novembre 2018 à Fribourg

Le congrès sera précédé le mercredi 14 novembre par un ateliers et l’assemblée générale, Les autres dates importantes peuvent être consulté sur le site web de la GSASA.

Congres GSASA 2018