logo pharmaSuisse mit Schriftzug

Publications

Retour vers l’aperçu
 
 

Communiqué de presse

EFAS: de quoi s’agit-il?

 
Medienmitteilung_efas

La qualité de nos soins médicaux de base doit être maintenue, et le financement de ces soins doit pouvoir être
garanti à l’avenir également. Il est donc souhaitable et judicieux de transférer les traitements du domaine stationnaire, onéreux, au domaine ambulatoire. Actuellement, les coûts stationnaires sont assumés conjointement par les assureurs-maladie (à 45%) et les cantons (à 55%). Les coûts ambulatoires sont quant à eux intégralement (à 100%) couverts par les assureurs-maladie et donc par les primes des assurés. Le système financier actuel contient par conséquent un incitatif financier erroné. Des interventions sont réalisées en stationnaire alors qu’elles pourraient l’être en ambulatoire, pour un même effet médical mais à moindres
coûts.

EFAS a quatre atouts majeurs:

  1. Les deux organismes de financement, à savoir les assureurs-maladie et les cantons, auraient un intérêt commun à garantir des soins efficaces. Le financement uniforme leur permettrait de défendre ensemble une solution favorisant un système de santé qui resterait abordable.

  2. Les assureurs-maladie pourraient clairement favoriser le transfert du stationnaire à l’ambulatoire, ce qui permettrait d’économiser jusqu’à un milliard de francs.

  3. EFAS donnerait un nouvel élan aux soins intégrés et donc aux modèles d’assurance alternatifs. Aujourd’hui déjà, les avantages qu’impliquent de tels modèles, par exemple le modèle médecin de famille, sont reversés aux assurés sous forme de rabais sur les primes. EFAS rendant ces modèles alternatifs encore plus attrayants, les rabais sur les primes pourraient être augmentés. Des études indiquent que les soins intégrés permettraient d’économiser chaque année près de trois milliards de francs. Et EFAS y contribuerait. Du point de vue médical, le renforcement des soins intégrés est souhaitable. En effet, les avantages qualitatifs sont importants, car les patients peuvent ainsi bénéficier d’un traitement répondant mieux à leurs besoins et la durée des séjours hospitaliers est réduite. Une telle prise en charge est la plus efficace dans notre société vieillissante avec un nombre croissant de malades chroniques.

  4. EFAS est plus solidaire et social: d’une part, tous bénéficient des contributions cantonales, que le traitement soit prodigué en ambulatoire ou en stationnaire. D’autre part, la participation des cantons et des assurés aux coûts de la santé globaux évoluerait au même rythme.